TÉMOIGNAGES

Entretien avec Charlotte Harivel, animatrice-médiatrice au cinéma le Basselin à Vire Normandie

Magazine n°1
Quoi de mieux pour vous présenter les séances scolaires que de donner la parole à celles et ceux qui les organisent ?  Une programmatrice de salle de cinéma et une enseignante répondent à nos questions pour partager avec vous leur expérience !  Charlotte Harivel est Animatrice-Médiatrice au cinéma le Basselin à Vire Normandie (14) depuis dix ans. 

Pouvez-vous nous présenter votre travail ? 

Mes missions consistent principalement à proposer des films labellisés « Jeune Public », de la maternelle au lycée. Ce label atteste de la richesse et de la régularité dans la programmation d’oeuvres destinées à l’enfance et à la jeunesse. J’accueille les élèves et leurs professeurs au cinéma et je leur fournis des dossiers pédagogiques, qui sont disponibles au cinéma en amont pour pouvoir travailler les films en classe. Je leur présente les films dans la salle ; nous démarrons le film ensemble car avec les nouvelles technologies nous pouvons contrôler les projecteurs depuis nos téléphones portables ! Lorsqu’il y a le temps après la séance, nous discutons des films et de leur ressenti. Ça s’appelle l’éducation à l’image ! 

Je propose aussi des animations en rapport avec les films vus ou avec le cinéma en général. Je propose des films différents en fonction des tranches d’âge (La Chouette en toque / Sherlock junior / Hugo Cabret) et les classes assistent à des ateliers après les films : visite de cabine, quiz sur grand écran autour de l’histoire et des techniques du cinéma, jeux optiques (découverte et manipulation de zootropes, thaumatropes, folioscopes…), timeline du cinéma, jeu des 7 familles du cinéma… 

Comment fonctionne l’organisation des séances scolaires « à la carte » ? 

Je propose une programmation scolaire à l’année d’environ neuf films pour les écoles primaires. J’envoie un document dans toutes les écoles environnantes en juin afin qu’elles puissent s’inscrire rapidement et revenir vers moi en septembre. Les enseignants sont libres de s’inscrire pour un ou plusieurs films, ou par thème, en fonction de ce qui les intéresse.

Il arrive aussi que nous ayons des demandes particulières quand un film sort et qu’il correspond à un projet d’école. La plupart du temps, nous nous adaptons afin de pouvoir les accueillir. Par exemple, une école maternelle a travaillé sur la création d’un jardin et nous a demandé de venir voir le programme Jardins enchantés. L’an dernier, une école a accueilli un cirque pendant une semaine : les enfants ont préparé des représentations et sont venus voir Le cirque de Chaplin le même mois pour rester dans le thème ! 

En revanche, nous acceptons ces séances à la carte seulement s’il y a un nombre minimum d’élèves. Notre tarif scolaire étant de 3,50€ par élève, il nous faut environ 70 élèves pour rentabiliser une séance si nous réservons le film uniquement pour une séance scolaire. Il faut aussi que les salles soient disponibles, car nous accueillons beaucoup de classes tout au long de l’année. 

Nous travaillons avec tous les établissements de Vire Normandie – qui compte 10 écoles maternelles et élémentaires, 3 collèges, 3 lycées -, mais nous accueillons également les classes des villes environnantes. 

Nous accueillons également les centres de loisirs les mercredis après-midis et pendant les vacances scolaires, lors des séances « tous publics ». Il n’y a donc pas de nombre minimum d’enfants pour les centres de loisirs. 

« J’aime essayer de retenir l’attention des enfants ou adolescents en adaptant mon discours en fonction de l’âge »

Est-ce que le matériel pédagogique proposé autour des films vous est utile pour préparer les séances ? 

Oui, extrêmement ! Les distributeurs de films jeune public rivalisent de superbes dossiers pédagogiques, d’exemples d’animations, de coloriages, d’expositions ou même d’idées de goûters, c’est vraiment génial pour nous ! Par exemple, le matériel proposé par Little KMBO est très complet et je le reprends chaque fois que c’est possible. C’est le dossier pédagogique qui m’est le plus utile, j’en fais des photocopies pour chaque classe inscrite. Les maternelles repartent aussi avec les fiches activités pour pouvoir les faire en classe. 

Je garde les coloriages géants pour les vacances, quand les séances sont accompagnées d’un petit goûter ou d’une animation. 

Proposez-vous régulièrement des animations après la projection ? 

Oui, en plus de celles citées plus haut pour les écoles, nous le faisons régulièrement hors temps scolaire, pendant les vacances. Ces animations « tous publics » sont ouvertes aux familles, aux centres de loisirs ou aux groupes comme les maisons d’enfants, les I.M.E… 

Nous organisons chaque année un festival de cinéma jeune public, « Jours de fête ! », pendant les vacances d’avril, où chaque jour nous proposons un film accompagné d’une animation originale. 

Nous travaillons aussi avec MaCaO 7ème art (l’association de salles de cinéma indépendantes normandes), dont la mission est d’aider à la diffusion et à la promotion du cinéma d’Art et d’Essai par le biais d’actions d’éducation à l’image. 

Une fois par mois, nous proposons le mercredi après-midi un « CinéFilou Goûter » : un film, des lectures de contes en salle avec la médiathèque, ainsi qu’un goûter et des petits jeux. Lors des vacances scolaires, nous organisons un « Clap ou pas clap ? » : un film suivi d’une animation d’éducation à l’image ludique. 

Racontez-nous un (ou plusieurs) de vos meilleurs souvenirs avec les élèves ! 

Les élèves sont toujours très bavards, surtout les tout-petits de maternelle, et les voir à la fin des séances « re-raconter » le film avec leurs propres mots est génial et souvent très drôle.

Je vois aussi les enfants grandir au fur et à mesure des années et ça me fait très plaisir de voir qu’ils retiennent les choses apprises au cinéma les années passées – certains élèves m’épatent par leur savoir sur les trucages ou le doublage. Ils savent reconnaître le stop-motion et certaines écoles réalisent même des courts métrages, que nous projetons en salle avec plaisir. 

Je garde un superbe souvenir d’une séance de démonstration de la lanterne magique l’année dernière lors d’un atelier de l’ADRC avec Anne-Gourdet Marès. Les élèves sont repartis complètement émerveillés ! 

J’ai aussi beaucoup de souvenirs formidables d’animations un peu « folles » comme le ciné plage, le ciné poney ou le ciné pédalo pendant notre festival « Jours de fête ! ». 

Qu’est-ce qui vous plaît le plus quand vous présentez des films en séance scolaire ? 

J’aime essayer de retenir l’attention des enfants ou adolescents en adaptant mon discours en fonction de l’âge et en les amenant à s’interroger sur le film qu’ils vont voir juste après, sans trop dévoiler l’intrigue. J’aime bien aussi leur demander s’ils savent ce qu’ils viennent voir, ça me permet de savoir s’ils ont un peu travaillé le film avant de venir et ainsi d’adapter mon discours de présentation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A NE PAS MANQUER
FILMS
Focus sur les films pour enfants autour du sport
FILMS
LES PETITS SINGULIERS : un programme de courts métrages pour aborder dès 6 ans la question de la différence
FILMS
Rencontre avec Marion Charrier, directrice des décors de LÉO, LA FABULEUSE HISTOIRE DE LÉONARD DE VINCI.
FILMS
Les programmes jeune public à ne pas manquer début 2024 !
FILMS
Les expositions en France qui accompagnent la sortie de LÉO, LA FABULEUSE HISTOIRE DE LÉONARD DE VINCI
FILMS
Coup de cœur 7 ans et + : LÉO, LA FABULEUSE HISTOIRE DE LÉONARD DE VINCI racontée aux enfants
FILMS
Initiez vos élèves au genre du polar avec NINA ET LE SECRET DU HÉRISSON
FILMS
Rencontre avec les réalisateurs de NINA ET LE SECRET DU HÉRISSON, Alain Gagnol et Jean-Loup Felicioli
FILMS
Les films jeune public à ne pas manquer en 2023 !
Inscrivez-vous pour recevoir nos actualités