Le Carnet des écoles

Entretien avec Mathilde Autin, qui organise de nombreuses séances scolaires pour ses élèves de CE2

Magazine n°1
Mathilde Autin, enseignante dans une classe de CE2 dans le Val-de-Marne. 

Comment avez-vous découvert la possibilité d’organiser des séances scolaires à la carte ?

Ayant une licence en cinéma et un master audiovisuel parcours didactique de l’image, il est indispensable pour moi de délivrer une culture cinématographique aux élèves et de former leur regard critique face aux images qui les entourent. De plus, avant de devenir enseignante, j’ai travaillé en salle de cinéma pour la programmation de films à destination du jeune public et pour les dispositifs scolaires d’éducation à l’image comme École et cinéma. J’avais donc déjà connaissance des possibilités de création de séances à destination du public scolaire, que ce soit dans le cadre des dispositifs nationaux, ou de séances dites « à la carte ». 

Cette année, combien avez-vous organisé de séances scolaires avec vos élèves ? 

J’ai pu organiser 3 séances cette année avec ma classe. Les élèves ont ainsi pu découvrir dans cet ordre : Le Magicien d’Oz de Victor Fleming, Le Peuple loup de Tomm Moore et Ross Stewart et enfin Le Voleur de bicyclette de Vittorio de Sica. 

Initialement, mes choix de films s’inscrivaient dans ma thématique annuelle, « Personnages fantastiques », regroupant les sorcières, les vampires, les loups-garous, les ogres… Pour le film de l’année, j’aurais souhaité visionner et étudier avec mes élèves Petit vampire de Joann Sfar ou Le Bon Gros Géant de Steven Spielberg. 

Les aléas dus à la politique – compréhensible – de programmation des films (il faut généralement aux alentours de 2 à 3 classes pour pouvoir réserver un film) et à la disponibilité des cars pour se déplacer au cinéma ont fait qu’il m’a été trop difficile de mener à bien ce premier choix. Mais nous avons eu la possibilité de nous greffer à une séance du film Le Voleur de bicyclette, qui était déjà programmée pour d’autres classes. 

J’ai accepté avec plaisir car il m’était possible d’inscrire ce film d’une autre manière dans les programmes et objectifs scolaires, et cela me semblait tout aussi intéressant. 

Avez-vous pu tisser des liens avec le programme de l’année ? 

Étudier un film avec sa classe s’inscrit dans le parcours d’éducation artistique et culturel de l’élève ; par ailleurs, la formation du jugement et de la sensibilité des élèves fait partie du rôle de l’enseignant·e. 

Outre cette première mission, le choix des films et des thématiques permet ensuite de créer d’autres liens avec les programmes ; en littérature par exemple, avec l’adaptation d’oeuvres littéraires au cinéma, ou en histoire, en apprenant à situer un film dans le temps et dans son contexte de création. Les situations de débats et de discussions à l’issue des projections favorisent également la capacité à penser par soi-même et à confronter ses idées aux autres tout en respectant ses pairs, ce qui s’inscrit également dans les programmes de l’enseignement moral et civique à l’école élémentaire. 

« Tout est « grand  » au cinéma : l’image, le son, mais aussi les émotions et les sensations, accentuées par l’obscurité ! »

Comment préparez-vous ces sorties au cinéma ? 

En début d’année, j’explique aux élèves que nous irons plusieurs fois au cinéma entre le mois d’octobre et le mois de juin, et je fais généralement une séance d’histoire des arts autour de la création du cinéma et de grandes dates clefs. Ainsi, les élèves peuvent situer les films dans le temps et se rendre compte des évolutions techniques du cinéma à travers les époques. 

Par ailleurs, en amont de chaque séance, nous travaillons sur l’observation de l’affiche du film ou sur un extrait, pour en dégager les informations essentielles et faire surgir des questions qui pourront ensuite orienter leur regard pendant le visionnage du film. 

Après avoir vu les films, quelles activités avez-vous pu mettre en place en classe avec les élèves ? 

Dans un premier temps, j’organise un débat après chaque film durant lequel les élèves confrontent leurs idées et leurs interrogations. 

Le travail autour des films est ensuite poursuivi en arts plastiques. Les élèves ont ainsi dessiné le passage qui les avait le plus marqué du Magicien d’Oz. Suite à la projection du Peuple loup, iels ont produit, avec la technique du pastel à l’huile et du collage, une forêt dans laquelle iels ont ensuite positionné le loup – cette activité ayant été inspirée par les ateliers de « Ma p’tite cinémathèque » de l’AFCAE. Enfin, les élèves ont réalisé leur propre affiche de film autour du Voleur de bicyclette. 

Qu’est ce qui vous semble particulier dans le fait de découvrir un film en salle ? 

Emmener ses élèves découvrir un film au cinéma est avant tout une grande chance, car ce n’est pas accessible à tout le monde ! Certaines écoles n’ont malheureusement aucune salle de cinéma à proximité. Avec mes collègues, il nous faut 40 à 45 minutes à pied avec nos classes pour nous rendre à la salle la plus proche. 

Découvrir un film au cinéma permet d’être pleinement plongé·e dans l’esthétique du film telle qu’elle a été pensée par le réalisateur, mais également dans la création sonore et musicale, tout aussi importante. Tout est « grand » au cinéma : l’image, le son, mais aussi les émotions et les sensations, accentuées par l’obscurité ! 

La salle de cinéma est un lieu que les élèves connaissent bien généralement, car ils peuvent y aller avec leur famille ; mais s’y déplacer avec l’école, pour voir des films qui sortent le plus souvent de leurs habitudes, inscrit cet événement comme un acte culturel plus que de simple loisir (bien que loisir et culture ne soient évidemment pas incompatibles !). 

L’idéal serait que le cinéma puisse se déplacer jusqu’aux élèves, pour les établissements éloignés des salles. Des actions sont déjà menées en ce sens, notamment avec la salle de cinéma ambulante Cinémobile (3 camions qui circulent dans 46 communes de la région) de l’agence Ciclic Centre-Val de Loire. J’espère que ce type d’initiatives pourra se développer avec le temps ! 

À VOTRE TOUR ! 

Vous aussi, envoyez-nous par mail à info@seances-scolaires.com vos photos des sorties au cinéma et des activités faites avec vos élèves. 

Nous serons ravies de les partager dans notre prochain numéro ou sur nos réseaux sociaux ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A NE PAS MANQUER
Initiez vos élèves au genre du polar avec NINA ET LE SECRET DU HÉRISSON
Rencontre avec les réalisateurs de NINA ET LE SECRET DU HÉRISSON, Alain Gagnol et Jean-Loup Felicioli
Les films jeune public à ne pas manquer en 2023 !
Coup de cœur 5 ans et + : LE LION ET LES TROIS BRIGANDS, un conte musical enchanteur
Coup de cœur 7 ans et + : MAURICE LE CHAT FABULEUX, une parodie de conte malicieuse
Coup de cœur 3 ans et + POMPON OURS, PETITES BALADES ET GRANDES AVENTURES, une ode à l’insouciance adaptée des albums de Benjamin Chaud
Rencontre avec Matthieu Gaillard, réalisateur de POMPON OURS , PETITES BALADES ET GRANDES AVENTURES
Rencontre avec Benjamin Chaud, auteur-illustrateur de POMPON OURS
Coup de cœur 3 ans et + : LE TIGRE QUI S’INVITA POUR LE THÉ, un programme flamboyant autour de la figure emblématique du tigre !
Inscrivez-vous pour recevoir nos actualités